Confessions d’un mec qui aime le surf

Le surf est probablement un des (si ce n’est le) sport les plus esthétiques, voir un surfeur danser au rythme d’une vague ou encore lui imposer son rythme et ses manœuvres font partie de ces choses qui sont très belles à voir. Bref, j’aime le surf, mais j’aime aussi regarder le surf. Je prends toujours du temps pour regarder les bons surfeurs, quand je suis à l’eau, ce qui me vaut souvent de rater de belles séries.

Par conséquent, la logique voudrait que j’aime les compétitions de surf où on voit s’affronter les meilleurs surfeurs du monde. C’est là que je suis sensé confesser: Je les regarde parce qu’il faut les regarder, mais au fond de moi, je me fais chier pendant les compétitions de surf. Oui, on voit de belles vagues, mais il y a quand même 80 à 90% du temps où il ne se passe absolument rien, et où on s’ennuie profondément. Par chance, sur une compétition comme le QuikPro, il suffit de tourner la tête à gauche ou à droite pour voir des freesurfeurs s’éclater dans l’eau, gâcher très peu de vagues. Bref, le mec qui regarde à côté (un peu comme François Hollande au sommet de l’OTAN (première et dernière fois que je me compare à lui)), c’est moi. Et quand on regarde le freesurf à côté, les mecs sont pas si loin d’être aussi bons que les deux stars qui s’affrontent en lycra, il y a du spectacle en quasi permanence, les mecs prennent leur pied, et moi aussi.

Tout ça pour vous dire que la légende de la vidéo (de Jérémy Florès & co qui surfent de superbes vagues) écrite par The Bottom Turn sur Facebook était « le surf, c’est mieux sans lycra », et que je suis bien d’accord avec ça. Si un pro venait à lancer un invitational façon Candide Invitational (dont je prie pour le retour en 2015), où le concept de la compétition serait qu’il n’y a pas de compétition, de réunir d’excellents riders, de prendre un maximum de vagues, vous me verrez pour sûr dans le public. Et puis, un John John invitational à Pipe, ça claquerait, non?

J'aime les bonnes sessions dans la poudreuse bien fraîche, les "go-fast" à l'océan pour surfer la journée, et rider mon cruiser dans toutes les villes du monde.

1 Comment

  • Répondre octobre 31, 2014

    Greg

    Oh… Un article que j’aurais pu écrire.
    J’adore le surf, j’adore l’océan mais je déteste la compétition. Pire, je n’arrive même pas à concevoir le surf comme un sport de compétition. Pour moi le surf, c’est un moment privilégié avec les potes et les vagues, pas un lycra sur le dos et des juges sur la plages 🙂

    Quand on voit certain freesurfers pro, ça laisse rêveur.

Leave a Reply